Nouvelles


Communauté -

Pourquoi une Semaine de la prévention de l'intimidation?

La Semaine de la prévention de l’intimidation existe depuis 6 ans et demeure toujours nécessaire. Nous avons parlé à quelques intervenants et élèves pour connaître leur point de vue sur plusieurs questions.

D’abord, pourquoi est-ce important de souligner la Semaine contre l’intimidation ?

Même si on en parle de plus en plus, il est important de revenir sur le sujet régulièrement. « Certaines personnes peuvent penser que l’intimidation n’existe pas parce qu’elle ne s’applique pas à eux. Une semaine comme celle-ci permet de se rendre compte que l’intimidation existe toujours et qu’on doit intervenir si on veut que ça arrête » a souligné Kenza, une élève du CSJV.

Et quelle est la signification et l’importance de la journée en blanc ?

Les élèves interrogés sont unanimes : Le blanc signifie la paix. Le fait que tout le monde porte un chandail blanc démontre l’importance accordée au respect des autres, à la bienveillance.

Catherine Hébert, notre technicienne en éducation spécialisée complète : « La journée en blanc est synonyme de respect, de paix. Il s'agit d'une journée afin de conscientiser nos élèves à l'importance que nous devons accorder au respect. Le respect de nous-même, le respect des autres et le respect de l'environnement dans lequel on vit. Par ailleurs, cette journée symbolise, grâce au port d'un vêtement blanc, que l'intégralité de la communauté du Collège s'oppose à toutes formes de violence (physique, verbale, psychologique, sexuelle, etc.) et s'engage à dénoncer tout acte de violence ou d'intimidation. Ensemble, nous pouvons poser des actions concrètes au quotidien. Ensemble, nous pouvons lutter contre l'intimidation. »

L’intimidation étant souvent causée par une différence, quelle qu’elle soit, nous avons voulu savoir qu’est-ce que peut apporter la différence?

Claudine Pelletier, directrice de la 1re et 2e secondaire nous a donné son avis à ce sujet : « D’abord, nous avons tous une partie de nous qui est différente des autres, selon moi. Grand, petit, maladroit, intellectuel, sportif, intéressé par les garçons ou par les filles, artistique, scientifique, végane, etc. Si nous étions tous pareils, nous aurions tous les mêmes défauts et les mêmes qualités. C’est grâce à nos forces complémentaires que nous sommes une communauté CSJV plus forte. »

Les élèves vont dans le même sens. Tous ont soulevé le fait que la différence nous permet d’apprendre de nouvelles choses, de créer un partage et d’être ainsi plus ouverts aux autres. Kenza a mentionné que la différence rend la vie beaucoup plus intéressante que si nous étions tous pareils. Soumeya, autre élève du CSJV, a terminé sur ces mots : « Avec la différence des autres, on apprend beaucoup. On partage et ça donne un résultat assez intéressant ».

Comme société, comment peut-on améliorer le bien-être des jeunes et s’assurer qu’ils vivent un quotidien paisible ?

Sur cette question, les idées sont nombreuses. Audrey, une élève du Collège, mentionne que les adultes devraient intervenir auprès des jeunes isolés ou ceux qui semblent ne pas bien aller. Pour Kenza, le travail doit s’effectuer tôt dans la vie des enfants : il faut leur faire réaliser que le respect envers les autres est primordial, que nous ne devrions pas faire ce que nous ne désirons pas nous faire faire.

Quant à elle, Soumeya considère que des semaines comme celles-ci sont idéales, puisqu’il est important de parler davantage du sujet. Certaines personnes peuvent faire des gestes d’intimidation sans même savoir ce qu’ils font. Une semaine comme la Semaine de la prévention de l’Intimidation peut leur faire réaliser que leurs agissements ne sont pas nécessairement bien.

Finalement, selon Mme Pelletier, « la meilleure façon d’accompagner les jeunes afin qu’ils vivent un quotidien paisible et harmonieux est justement d’être d’abord et avant tout des modèles et des guides pour eux. Il faut aussi être à l’écoute de ce qu’ils nous disent; ils ont de si bonnes idées! »

Que faire si on est témoin de gestes d’intimidation ?

Pour répondre à cette question, nous avons laissé la parole à Mme Hébert : « Lors d’un évènement d’intimidation ou de violence, les témoins ont le rôle le plus important. Il est primordial de dénoncer les gestes à caractère violent, quels qu'ils soient. Saviez-vous que 88% des gestes d'intimidation se déroulent devant témoin ?  

Les témoins peuvent se prononcer et défendre la victime sur-le-champ afin de créer un arrêt d'agir. Cette méthode démontre à l'intimidateur qu'il a tort dans ses gestes ou dans ses propos.  Les témoins peuvent apporter du soutien et de l'aide aux victimes en offrant une écoute active, en les référant à un intervenant du Collège ou en les invitant dans leur cercle d'amis. Les témoins ne doivent pas rester muets, car leurs actions sont essentielles pour arrêter l'intimidation. 

Une grande majorité de nos élèves confondent snitcher et dénoncer une situation.

Snitcher signifie raconter une histoire dans le but de nuire à une personne.

Dénoncer un geste intolérable désigne refuser qu’une situation ou que des paroles inacceptables soient adressées à nous ou aux autres.

L'important c'est d'en parler dans le but d'aider ! De ce fait, le Collège possède une équipe d'intervenants multidisciplinaires à la disposition des élèves (intervenante jeunesse, techniciens en éducation spécialisée, animatrice à la vie spirituelle et communautaire, surveillants, moniteurs, enseignants, direction, etc.) afin de les soutenir, de les aider et de les rassurer. »

C’est un jour à la fois, et en travaillant tous ensemble que nous réussirons à lutter contre l’intimidation.

Merci à tous les participants de cette entrevue.